We are extending our  Free Shipping special into 2017! Free shipping on orders of $50 or more, anywhere in North America!

Arsenal 9/2017 (français)

Format: 
magazine
Size: 
205 pages
Publisher: 
Year: 
2017
Price: $7.41 (USD)

Arsenal–la revue théorique du Parti Communiste Révolutionnaire, est relancé après plusieurs années d'abcense. Comme écrivent les éditeurs dans leur Avant-propos:

Cette année marque deux anniversaires : le 150e anniversaire de la fondation du Canada et le centenaire de la révolution d’Octobre. Les deux sont importants pour la relance d’Arsenal – la revue théorique du Parti communiste révolutionnaire du Canada – bien que pour des raisons radicalement différentes.

Le premier, que le gouvernement canadien ne manquera pas de célébrer tout au long de l’année, rappelle la fondation d’un État capitaliste entaché de sang, après plus de 300 ans de pillage et de colonisation. En 1534, les puissances européennes montantes sont entrées en contact avec les nations indigènes qui formaient le tissu social des régions qui finiront par être enfermées à l’intérieur des frontières de l’entité que l’on appelle main-tenant le Canada. Suite à la mise en œuvre de politiques vicieuses et génocidaires nombreuses en marge des conflits opposant les puissances coloniales entre elles – sans parler de la résistance héroïque des nations originelles – l’État colonial canadien a été officiellement créé en 1867.

Puisque le PCR a toujours maintenu que tout mouvement révolutionnaire digne de ce nom doit rejeter d’emblée cette entité coloniale, cet anniversaire est significatif, dans la mesure où il représente une mythologie que nous récusons. Nul doute que tout au long de l’année, on nous assènera de propagande au sujet de la «grandeur» du Canada, dans laquelle on taira ou minimisera sa véritable histoire «de feu et de sang» – quand on ne célébrera pas sa puissance coloniale. L’existence du PCR et la conception théorique qui guide les essais publiés dans cette revue reposent fondamentalement sur le rejet du mythe canadien: dès le début, nous avons dénoncé l’infiltration du nationalisme canadien au sein du mouvement communiste; le nationalisme canadien «de gauche» est clairement synonyme de révisionnisme.

C’est donc plutôt le deuxième anniversaire que nous comptons célébrer – un anniversaire que les apologistes des 150 ans du Canada vont quant à eux rejeter et déprécier. Tandis qu’il y a 150 ans, les artisans de la domination coloniale consolidaient leur hégémonie prédatrice, en 1917, de l’autre côté du monde, nos ancêtres idéologiques ont réussi pour une première fois à prendre le pouvoir au nom du communisme. Face aux forces armées de l’État réactionnaire, les bolcheviks dirigés par Lénine ont non seulement remporté la victoire, mais ils l’ont ensuite consolidée dans ce qui fut le premier exemple du socialisme moderne: la dictature des exploitéEs et des oppriméEs, en lieu et place de celle des exploiteurs et des oppresseurs. Contrairement à celui de la fondation du Canada, l’anniversaire de la révolution d’Octobre mérite d’être célébré. Mais il faut s’attendre à ce que la classe dominante canadienne, enthousiasmée par l’idéologie de la «grandeur» du Canada qui déferlera tout au long de l’année, consacre également du temps et de l’énergie, avec ses homologues au sud de la frontière et ailleurs dans tout le camp impérialiste, et ressorte sa vieille propagande de l’époque de la guerre froide contre la révolution russe. Elle nous dira que les révolutions sont des «monstres qui bouffent leurs jeunes», que le capitalisme est «le moins pire de tous les systèmes», que tout ce qu’on a tenté de créer en-dehors de l’ordre mondial capitaliste fut «totalitaire» et que ce que l’on a appelé «la fin de l’Histoire» est un fait avéré… Ces mensonges reflètent la véritable vision du monde totalitaire, et on doit les réfuter avec vigueur.

C’est dans ce contexte que nous relançons notre revue théorique. Plus d’une décennie s’est écoulée depuis la parution originale d’Arsenal – une série de magazines que les premiers comités d’organisation du PCR ont publiée avant la création du parti. Depuis, alors que nous avons grandi en tant qu’organisation et que nous nous sommes engagés dans une activité pratique importante et diversifiée, nous n’avons pas produit de nouveaux travaux théoriques destinés à la consommation populaire, à part quelques exceptions notables. Puisque nous soutenons le point de vue de Lénine ayant guidé la révolution d’Octobre («sans théorie révolutionnaire, pas de mouvement révolutionnaire»), il devenait nécessaire de remédier à cette absence.

Mais comme nous ne sommes pas simplement «marxistes-léninistes» et que nous défendons aussi une autre séquence révolutionnaire – celle qui a été conceptualisée sous le terme de «maoïsme» –, nous concevons l’organisation et la préparation de la révolution d’une manière différente, bien qu’inspirée par les bolcheviks de 1917. Le «parti de type nouveau» que nous voulons bâtir au Canada – le projet vers lequel toutes nos énergies ont été consacrées – n’est pas un parti simplement «léniniste», mais un parti maoïste. Nous avons donc pensé qu’il serait approprié de réintroduire notre revue théorique sous ce thème: le parti maoïste de type nouveau. Les articles contenus dans ce numéro permettront aux lectrices et lecteurs de découvrir la façon dont nous nous concevons comme organisation et ce qui nous différencie des autres groupes ou partis qui célèbrent eux aussi l’héritage de la révolution d’Octobre.

Nous espérons sincèrement que cette revue contribuera à faire avancer la réflexion sur les nécessités de la révolution dans le contexte actuel – une tâche qui va de pair avec le rejet de la célébration des 150 ans de la Confédération canadienne.

Au sommaire:

Bâtir un parti maoïste de type nouveau
Une théorie à la recherche d’une théorie: à propos de la dérive post-maoïste
L’approche communiste du travail de masse
Définir une stratégie révolutionnaire: une question clé pour tout mouvement voué à la révolution
Guerre populaire et militarisation du parti révolutionnaire: l’exemple du Parti communiste du Pérou
Le multipartisme sous l’angle de la lutte de classes
L’appareil austéritaire: notes préliminaires
Les défis du mouvement communiste international: 
Sur l’expérience du Mouvement révolutionnaire internationaliste (MRI) et la lutte pour regrouper les forces maoïstes 
Vers une nouvelle ligne générale du mouvement communiste international

 

also available in english